Critères relatifs au remboursement des médicaments fréquemment demandés et non remboursés

Médicament faisant l’objet d’une autorisation préalable 

La WSIB doit approuver préalablement tout médicament ayant le statut « autorisation préalable ». Un prescripteur doit examiner les critères de remboursement ci-dessous et soumettre un rapport démontrant que les critères sont remplis. Vous pouvez téléverser le rapport au dossier par l’entremise de notre site Web.   
 

Médicament

Marques remboursées

Forme galénique/dosage

Critères relatifs au remboursement

Toxine
botulique A
(BTX-A)

Botox®
Xeomin®

Dysport Therapeutic™

Botox® : 

50 unités/flacon 
100 unités/flacon
200 unités/flacon

Xeomin® :

50 unités/flacon 
100 unités/flacon

Dysport Therapeutic™ : 

300 unités/flacon 
500 unités/flacon

 

 

La BTX-A peut être approuvée pour traiter les troubles suivants :

  • dystonie cervicale;
  • blépharospasme/spasme hémifacial;
  • spasticité focale (notamment la spasticité des membres supérieurs ou inférieurs);
  • hyperactivité du détrusor d’origine neurogène;
  • prophylaxie de la migraine chronique.

En outre, la personne blessée doit satisfaire aux critères suivants : 

  • le produit prescrit a une indication officielle d’utilisation pour les troubles susmentionnés :
  • les doses de chaque produit doivent tenir compte des recommandations dans les monographies.

Dans le cas de l’hyperactivité du détrusor d’origine neurogène, il est aussi requis de satisfaire aux critères suivants :

  • le patient est atteint d’une lésion de la moelle épinière sous-cervicale;
  • le patient n’a eu aucune réponse aux modifications comportementales ou aux médicaments anticholinergiques et(ou) est intolérant aux médicaments anticholinergiques; ET
  • les injections ultérieures sont espacées d’au moins 36 semaines et l’injection initiale doit avoir engendré une réponse clinique positive.

Dans le cas de migraines chroniques, il est aussi requis de satisfaire aux critères suivants :

  • le patient subit des migraines chroniques (pendant au moins 15 jours par mois, les migraines doivent durer au moins quatre heures et chaque crise migraineuse doit durer au moins quatre heures);
  • au moins trois médicaments prophylactiquesꝉ oraux ont été inefficaces* chez le patient; ET
  • le Botox® est demandé par un médecin formé en gestion des maux de tête et sera administré par un médecin possédant la qualification et l’expérience appropriées.

* le terme « inefficacité » est défini comme suit : réduction de moins de 30 % de la fréquence des jours de migraine avec une dose adéquate de trois médicaments prophylactiques pendant une durée appropriée (il est nécessaire que deux des médicaments appartiennent à des catégories différentes et que les contre-indications ou les effets indésirables intolérables de seulement un des trois médicaments soient pris en compte).
ꝉ bêtabloquants, antidépresseurs tricycliques, vérapamil/flunarizine, valproate de sodium/divalproex de sodium, topiramate, gabapentine
Remarques concernant un traitement continu au Botox® pour la prophylaxie de la migraine chronique :

  • un patient ayant une réponse inadéquate (réduction de moins de 50 % des jours de migraine par mois) après deux cycles de traitement doit arrêter le traitement;
  • un patient ayant une réponse adéquate, c’est-à-dire dont les migraines passent de chroniques à épisodiques, doit aussi arrêter le traitement au Botox® dans les trois mois de ce changement.

Critères de la reprise du traitement au Botox® pour la prophylaxie de la migraine chronique (critères de renouvellement) :

  • preuve objective (c.-à-d. journal des migraines) que la réponse thérapeutique du patient est appropriée; ET
  • confirmation que la patient est repassé à des migraines chroniques à la fin de l’essai.

La durée de l’autorisation est établie au cas par cas.

Buprénorphine / Naloxone

*Suboxone® + médicaments génériques

2 mg/0,5 mg
8 mg/2 mg

La buprénorphine et la nalaxone peuvent être approuvées dans les situations suivantes :

  • traitement d’un trouble de l’utilisation d’opioïdes;
  • réduction progressive des opioïdes chez une personne prenant des opioïdes à forte dose pour sa lésion ou maladie professionnelle (DEM ≥ 90/jour).

La durée de l’autorisation est établie au cas par cas. 
 

Solution de
diclofénac sodique

*Pennsaid® + médicaments génériques

1,5 % p/p dans la solution

La solution de diclofénac sodique peut être approuvée si toutes les conditions suivantes sont satisfaites :

  • une utilisation strictement limitée à une articulation locale ou superficielle (p. ex., genou, poignet ou coude);
  • une utilisation limitée à 12 semaines;
  • une utilisation non simultanée d’un AINS ou d’un inhibiteur de COX-2;
  • un risque élevé d’effets indésirables gastro-intestinaux OU l’échec de la prise d’un AINS par voie orale.

Gel de
diclofénac diéthylamine

Voltaren Emulgel® 
Voltaren Emulgel® Douleur articulaire 
Voltaren Emulgel® Extra Fort

1,16 % p/p
2,32 % p/p

Le diclofénac diéthylamine peut être approuvé dans le cadre d’un traitement si toutes les conditions suivantes sont satisfaites :

  • une utilisation strictement limitée au soulagement de douleurs associées à des lésions musculaires ou articulaires localisées récentes et aiguës, comme des entorses, des foulures ou des lésions sportives (p. ex., entorse de la cheville, ou encore, douleurs musculaires à l’épaule ou au dos);
  • une utilisation limitée à sept jours;
  • une utilisation non simultanée d’un AINS ou d’un inhibiteur de COX-2.

Tramadol

Courte durée d’action :
Tramacet® et médicaments génériques
Ultram® et médicaments génériques
 
Longue durée d’action :
Ralivia®
Tridural®
Zytram XL®
Durela® et médicaments génériques

Tramadol 37,5 mg/acétaminophène 325 mg (en comprimé)
Tramadol 50 mg (en comprimé)
 
Tramadol 100 mg, 200 mg, 300 mg (comprimé à libération prolongée)
Tramadol 75 mg, 100 mg, 150 mg, 200 mg, 300 mg, 400 mg (en comprimé à action ultra-longue)

Le tramadol peut être approuvé dans les situations suivantes :

  • tramadol à action courte : après échec d’un analgésique non pharmaceutique et lorsque des médicaments non opioïdes (p. ex. : acétaminophène, anti-inflammatoire non stéroïdien [AINS]) ou des opioïdes à action courte (p. ex. : codéine, Tylénol nº 3®) ont été essayés et qu’ils sont inefficaces ou contre-indiqués.
  • tramadol à action longue : pour traiter une douleur musculo-squelettique ou neuropathique chronique lorsque des agents de première et de deuxième ligne ont été essayés et qu’ils sont inefficaces ou contre-indiqués. Il faut aussi que le prescripteur fournisse la raison de l’utilisation de tramadol plutôt que d’un autre analgésique opioïde.

La durée de l’autorisation est établie au cas par cas. Un renouvellement sera accordé si des preuves objectives confirment l’atténuation de la douleur et l’amélioration des capacités fonctionnelles.
 

* Si un produit générique interchangeable est disponible, le produit de marque sera uniquement pris en charge en cas de nécessité médicale.

Lorsqu’un médicament désiré ne figure pas dans le tableau, nous suivons les critères et les lignes directrices d’administration suggérés par le Programme de médicaments de l’Ontario et Action Cancer Ontario. Pour ce qui est des stupéfiants (opioïdes) nécessitant une autorisation préalable, examinez notre approche à l’égard d’un traitement aux opioïdes. 

 

Une personne qui est atteinte d’une lésion ou d’une maladie professionnelle et qui est inscrite aux services en ligne peut vérifier son admissibilité à un médicament ayant le statut « autorisation préalable » dans la section Soins de santé – médicaments.

Médicament non inscrit dans une liste de médicaments remboursés 

La WSIB examine au cas par cas les demandes de prise en charge de médicament introuvable par l’outil de recherche de médicaments remboursés dans le cadre du Programme de prestations-médicaments (en anglais seulement).  

Un prescripteur demandant la prise en charge d’un médicament non remboursé dans le cadre d’une utilisation exceptionnelle doit soumettre un rapport contenant les renseignements suivants : 

  • le diagnostic; 
  • les raisons de la nature éventuellement inappropriée d’autres médicaments remboursés;
  • les médicaments actuels/déjà essayé;
  • les résultats;
  • les autres maladies et médicaments pertinents.

Si le patient prend actuellement le médicament, veuillez indiquer la date de début de la prise et des preuves objectives de son efficacité. Vous pouvez téléverser le rapport au dossier par l’entremise de notre site Web. 

Une personne qui est atteinte d’une lésion ou d’une maladie professionnelle et qui est inscrite aux services en ligne peut vérifier son admissibilité à un médicament non remboursé dans la section Soins de santé – médicaments.